II. La mythologie et la culture Japonaise

Publié le par T.P.E. sur le Voyage de Chihiro.

1. L'identité par rapport au prénom et au nom

 

 

Dans le film, Chihiro entre dans ce monde de travail, un monde que miyazaki à choisi pour refléter notre société. En effet, Yubaba, la dirigeante des bains, est une caricature des dirigeants de notre monde de travail à nous ; elle est avare, elle prend un plaisir à diriger les autres, et elle attache beaucoup d'importance à ses biens ( bijoux et joyaux, argent...). Les travailleurs soumis, obsédés eux aussi par l'argent (l'or) et les esprits consommateurs qui mangent et prennent beaucoup de bains.

voyage-de-chihiro-2001-13-g

Chihiro entre dans ce monde et doit perdre son vrai nom et prénom pour pouvoir y rester, le contrat de Yubaba, qui la laisse travailler dans ce monde, lui change son identité, elle s'appelle désormais Sen. La perte de son prénom équivaut à une perte de ses racines et de son passé, Haku à dû faire ce contrat et à depuis oublié tout son passé; il est condamné à être au service de Yubaba jusqu'au jour ou il se souviendra de son vrai prénom. Tous les travailleurs on dû passer par cette étape, et renoncer à leur passé pour pouvoir avoir une place dans ce monde de travail. Une fois qu'ils renoncent à leur origines et à leurs racines, ils ne peuvent plus faire marche arrière et sont piégés. Miyazaki critique très clairement notre société : le fait que pour pouvoir survivre dans notre mode de vie de travail, on se doit d'oublier une partie de nous, de renoncer à quelque chose. Tous les travailleurs aux bains sont soumis dès qu'ils signent le contrat de Yubaba. On peut y voir un lien avec la mise en place du fordisme au Japon, juste après les « 30 glorieuses » avec des travailleurs qui au début ont tous leurs spécialités et leurs propres points forts et qui sont tous réduits ensuite à faire tous le même travail banal, Notre héroïne par contre ne se laisse pas si facilement soumettre, elle oublie par moment qui elle est mais finira par garder son identité.

Image : Au début du film, Chihiro face aux bains pour la première fois.

 

hayao miyazaki Hayao Miyazaki parle dans un interview de la perte du nom : 

« Il y a dans votre film une très belle idée de scénario qui est, pour Chihiro, le risque de perdre son nom...

  Hayao Miyazaki : Dans la société actuelle, concrètement, beaucoup de personnes perdent leur identité jusqu'à en oublier leur nom. Vous faire oublier qui vous êtes est une façon pour les autres de vous dominer. C'est d'ailleurs un des autres thèmes de cette histoire : quel est le rapport que Chihiro va entretenir avec la domination ? Va-t-elle la subir ou, au contraire, la renverser pour dominer à son tour ? Le nom et la perte de celui-ci est une des clés de ce film. Le nom est pour moi le symbole de ce que l'on doit absolument préserver lorsque l'on se fond dans un groupe. Si Chihiro perd son nom, elle risque soit d'être effacée soit d'être transformée en cochon ! »

Interview extraite du Cine Live n°56 d'Avril 2002

Photo : Hayao Miyazaki

 

On peut aussi penser que Miyazaki fait ici référence au mariage, la perte du nom quand on se marie à quelqu'un, et que l'on deviens soumis. Chihiro pourrait représenter la femme qui se rebelle contre cette soumission imposée, ce qui ne serait pas du tout étonnant, vu que au Japon le mariage est quelque chose qui est resté très traditionnel et dans lequel la femme est soumise : dès le mariage, la plupart des femmes au Japon renoncent à leur travail et deviennent femme au foyer et passent leur temps à faire le ménage, à faire à manger et à entretenir la demeure du couple en général, or toutes ces corvées sont présentes lors du film. Chihiro pourrait donc être une symbolisation du féminisme et une critique de cet aspect trop traditionnel et souvent critiqué au Japon.

Miyazaki utilise la perte du prénom comme synonyme de perte d'héritage et de ses racines que l'on est obligés de faire lorsque l'on entre dans notre société consommatrice, il dénonce un monde de consommateurs, avares, contraints à jeter leur passé pour pouvoir survivre dans notre mode de vie.




2. La représentation des figures mythologiques

 

 

A travers le film, on voit défiler tout au long des dieux, des esprits et toutes sortes d’êtres fabuleux de toutes formes et de toutes couleurs. En effet, même avant que la famille arrive dans ce monde, on ressent déjà une impression de spiritualité, avec les statues de dieux que Chihiro aperçoit sur la route avant d'arriver. Tous les clients des bains sont des esprits, dieux, êtres spirituels… on est donc dans un endroit qui est habituellement exclusivement interdit aux humains, c’est un endroit pour les êtres spirituels seulement. Ceci contribue à l’effet de magie, de surnaturel et de conte.

 

Au Japon, les dieux et esprits sont pris aux sérieux, la religion shinto-bouddhiste est très pratiquée et la plupart des japonais donnent une place importante à la religion dans leur vie. Le shintoïsme est une religion qui est à l’origine venue de cultes et célébrations envers la nature, animaux, fertilité, etc. Chaque objet et animal à en lui une âme, donc le nombre de divinités, esprits ou « kami » ( divinité en Japonais ) est très élevé, ceci explique la très large palette d'esprits que l'on retrouve dans le film.

 

Présentons ces « figures myhtologiques » :

 


 

• Les travailleurs :

 

Kamaji

 

kamajiDôté de six bras, ce personnage fait penser à une araignée lorsqu'il concocte des préparations pharmaceutiques pour les bains, il est dédié à son travail, il dort, mange et vit constamment à son lieu de travail. Personnage assez comique et sympatique envers Chihiro, c'est lui qui fait en sorte que les chaudières des bains soient chaudes avec l'aide des susuwatari.

 

 

 

Susuwatari

 

susuwatari3Ces petites créatures sont e nfait des boules suies dotées de petites jambes et de petits bras, ils transportent le charbon jusqu'a dedans la chaudière pour faire chauffer les bains, sous la commande de kamaji. Facilement écrasés et frêles, elles emblent péner pour faire leur travail, encore plus quand Chihiro essaye de transporter un des bouts de charbon, et y arrive à peine.

 

Chihiyaku et Aniyaku 

chichiCe sont les "serviteurs" des bains, ils accueillent et font à manger pour les exprits, ils souvents coincés entre Yubaba la dirigeante,  les employés à encadrer et les clients qui ont besoin d'assistance. Bien que ces hommes-grenouilles paraissent assez têtus et lourds, ils sont au fond d'eux gentils. Ils sotn passionnées par l'or.

 

 

 

Yuna

 

yuna

 Comme les hommes-grenouilles, ces travailleuses ( originellement elles étaient des escargots de jardin, transformés par la suite en servantes ) sont obsédées par l'or. Elles s'occupent du ménage, service, entretien de bains...

 

 


 

 

• Les clients :

 

 

Kaonashi

 

Kaonashi est un esprit qui à le don de pouvoir schihiro7e rendre invisible quand bon lui semble, on ne voit pas son visage qui est toujours caché dérrière un masque. Chihiro le laissera entrer par pitié en le voyant seul sous la pluie, il s'infiltre alors discrètement dans les bains. Cet esprit semble au début être perdu, il cherche alors à se faire apprécier en offrant de l'or ( faux ) qu'il peut créer à sa guise, les travailleurs deviennent vite fanatiques de cet esprit, lui offrant constament des festins immenses, mais il ne peut plus se contenter de ceux-cis et en veux plus ; c'est alors qu'il commence à manger des personnes ! Chihiro est la seule qui refuse son or, choqué par ce refus, il la poursuit adremment jusqu'a chez Zeniba ( la soeur jumelle de Yubaba ) et c'est là qu'il trouve enfin la paix et se calme.

Kaonashi est un personnage utilisé pour critiquer  et dénoncer une société consommatrice,  consommant sans réel besoin, déruisant tout sur son passage et laissant d'énormes dégats, comme notre sans-visage.

 

 

Okusare-sama

image039C'est un esprit volumineux, couvert de boue et qui à une puanteur abérante. Et c'est le premier client dont Chihiro doit s'occuper ! Une fois qu'il rentre dans le bain, sa boue fini par envahir toute la pièce et chihiro, glissant sur la matière visqueuse fini par tomber dans le bain avec. C'est alors qu'elle s'aperçoit qu'une "épine" sors de son corps, avec l'aide de Lin, elles y attachent une corde et bientôt tout le personnel des bains se met à tirer; c'est alors que l'épine s'avère être un vélo, suivi par pleins de déchêts différents qui se vident de l'esprit, qui était en fait un esprit de la rivière, coincé dans ces détritus. On sent bien que ce passage est une critique de notre société encore, qui pollue nos rivières et notre nature en général, sans se soucier des conséquences.

 

 

 

chihiro personnages18

Kasuga-sama

Ces esprits qui font penser à des ombres revêttent des habits traditionnels et font penser aux tenues traditionelles des nôbles japonais.

 

 

E38182b6 onamasama

Onama-sama

Ces esprits ressemblent beaucoup aux namahages, des esprits très connus aux Japon.

 

 

 

 

 

 

RadishSpirit

Oshira-Sama

Cet esprit est la divinité du radis, oshira voulant dire Blanc. Son chapeau est un bol à l'envers ; c'est un plat de radis à l'envers qui à pris vie.

 

 

chihiro personnages21

 

Ootori-Sama

Ces poussins géants sont des dieux oiseaux.


 

 


chihiro personnages22Ushioni

Dieux à ramures

 

 

 

 

 

 

 

 

On remarque aussi les ombres noires, qui errent dans les alentours des bains, sans expressions, ni visages. On pourrait penser que miyazaki représente par eux notre population qui fait ce dont on attent d'eux sans trop savoir pourquoi, ils sont tous pareils et uniformes et ont oublié qui ils sont. Encore on pourrait faire le lien avec la partie de nosu même que l'on doit sacrifier pour pouvoir subsiter dans une société, on perd notre passé et notre héritage, pour devenir "esclave". Comme eux, qui sont là sans raison particulière, ils n'ont pas de voix et pas de visage ( pas de possibilité de s'exprimer ).

 

Hayao Miyazaki révèle dans une interview:

 

Le fait de donner au monde où vit Yubâba un côté occidental laisse penser à quelque chose que l'on a déjà vu quelque part sans que l'on puisse distinguer entre le rêve et le réel, et en même temps, c'est un creuset de nombreuses images issues d'idées traditionnelles japonaises. L'ensemble du folklore - récits, traditions, événements, idées, depuis les rites religieux jusqu'à la magie - aussi abondant et unique soit-il, est tout simplement ignoré. Kachikachisan ou Momotarô ont certainement perdu de leur force de persuasion.

 

SpiritedAway

 

On pourrait alors penser, que kaonashi voulait simplement se faire remarquer et devenir quelqu'un, ne plus être esclave en s'appropriant un visage ( le masque ). Il voulait monter dans la "hiérarchie" de la société, et que apparement, la seule manière d'y arriver est par l'or : ce n'est que pour cette raison que les autres s'intéraissait à lui. On a donc une critique encore, du fait que la seul façon de monter dans la hiérarchie est par l'argent, et que cette argent est dangereux et détruit beaucoup en transformant les personnes qui en ont ( référence à kaonashi qui fini par manger les personnes ).

 

On voit donc l'influence religieuse et l'influence par rapport à notre société à travers tout les esprits différents que l'on trouve.

 

 

3. La signification des noms et jeux de mots

 

 

 

 

Les mots dans Le Voyage de chihiro sont très puissants et importants. Yubaba gouverne des gens car elle leurs à privés leur vraies indentités. Elle utilise un stratagème de connaître le vrai nom des choses pour pouvoir les controler.

 

A travers le film, la parole est présentée comme quelque chose de puissant : ceci est mis en valeur tout d'abord par le fait que pas tout les personnages ont une voix. Certains ne savent pas parler, dire ce qu'ils pensent, donner leur opinions. Comme dans notre société, certains sont soumis aux autres sans jamais manifester leurs propres pensées.

Mais dans le film, la parole est surtout importante pour savoir dire non. En effet quand Chihiro dit non au sans-visage, il réagi mal et devient presque fou, mais sa lui à aussi permi de se calmer et de redevenir un esprit normal. Dire oui ou non est possible dans le monde des dieux, mais comme dans notre société, Miyazaki nous montre que souvent dire non à des conséquences comme être seul et de devoir tourner le dos à beaucoup de choses. Mais savoir refuser de faire partie d'une société matérialiste est quelque chose que chihiro réussi à faire.

 

La parole est aussi quelquechose qui permet de libérer, toujours dans la logique comme quoi savoir parler est un atout puissant, la parole peut faire bien plus que dire oui ou non, il permet de libérer : Chihiro libère Haku en lui rappelant ce qu'il était avant, et lui donnant son vrai nom.

 

Les jeux de mots dans notre film sont aussi assez présents, Haku signifie "Blanc" et dans la scène ou Haku ( sous forme de dragon ) se fait poursuivre par des oiseaux en papier, Chihiro lui dit : " courage, dragon blanc ! ", elle s'aperçoit qu'elle à dit le nom de son ami.

Aussi Chihiro veut littéralement dire "mille brasses", ce qu irenvoie au passé commun de Chihiro et Haku.

Bien sûr ces jeux de mots sont subtiles et ne se remarquent qu'en VO.

Mais il y à d'autres jeux de mots qui sont peut être plus remarquable, comme les noms de Yubaba et Zeniba.

Si leurs noms sont écris en caractères chinois, "Yu" signifie eau chaude et "ba" veut dire veille femme. Pour Zéniba, "Zeni" signifie argent. Mais si on attache "Zeni" et "Yu", celà ce prononce "sen-to" et veut dire "bains publics".

Sen to Chihiro no Kamikakushi peut se traduire par "L'enlèvement de Sen et de Chihiro par les divinités",ce qui est évocateur pour le film, car Sen et Chihiro sont bien entendu la même personne.

 

A travers le film, Miyazaki à donc inclus plusieurs jeux de mots et conotations, donnant au film un petit plus par rapport aux détails qui sont déjàs tellement présents à travers la qualité de l'image et l'histoire.

SpiritedAway Yubaba700

 

 

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article